L’INFLUENCE DES ECRITURES PAR TEXTO

Salut à tous les chocoboy et chocogirls, accros du phone. Ce n’est pas un crime après tout, du tout ! Ce sont les Techniques de l’Information et de la Communication (Les TIC) n’est-ce pas ?
Le téléphone de Noura n’arrive plus à faire 2jours sans qu’il ne se décharge. Rassurez-vous ce n’est pas un problème de batterie. Encore moins parce qu’elle écoute beaucoup la musique. C’est tout simplement parce qu’elle « send » tous les jours au moins 200 texto à ses amis(es) quand elle n’est pas trop d’humeur. Imaginez le nombre de texto, lorsqu’elle est de bonne pêche.
Ce n’est pas le fait d’échanger régulièrement des messages avec nos amis qui dérange. Mais l’utilisation abusive des mots abrégés qui est catastrophique. On se dit sûrement que c’est parce que ce sont des texto.
Noura n’arrive plus à rédiger une bonne dissertation en classe sans abréger de mots. Et ses cahiers de cours ? N’en parlons pas. C’est triste ! Elle est atteinte du poison ou du virus : Abréviation des mots.
Quand il s’agit de rédiger un rapport de stage ou un mémoire, il nous arrive souvent d’abréger des mots. Abréger les mots. Oui abréger toujours, abréger chaque fois que c’est possible. Comme on le dit l’habitude est une seconde manière. Cela existe malheureusement bel et bien. Il y a certaines personnes qui vous diront qu’ils se trompent ou qu’ils s’amusent comme c’est un texto. C’est faux. Il en est rien de tout cela. Il ignore au fond l’orthographe de tel ou tel mot. Ils mettent tout sur le compte de l’abréviation de mots par texto. Aujourd’hui, Noura n’a que ses yeux et ses larmes pour se consoler face à sa situation. Elle a beau essayer de se défaire de son téléphone. Mais à peine 1 heure passée, elle se doit de répondre à ses texto et pire en abrégeant parce qu’elle n’a pas le temps. Il faut faire vite. Il y a plus de 10 amis avec lesquels il faut kozer. Est-ce une maladie ou une drogue ?
Chers choconautes, faisons donc attention quand nous échangeons par texto avec nos potes. Au risque de ne pas influer sur nos écrits professionnels ou académiques.
De grâce, ne faisons pas retourner Molière dans sa tombe ou voulez-vous le tuer une 2ème fois ?
Alors à bon entendeur, écrivons bien !

Leave a Reply